Neuves-Maisons Ensemble Autrement

SANS HAINE NI VIOLENCE

25 Mars 2014 , Rédigé par Neuves-Maisons, Ensemble, Autrement.

Avant de commencer mon propos, comme en 2008 et avec strictement le même état d’esprit, je tiens à féliciter le groupe Ensemble Neuves-Maisons pour sa victoire dés le 1° tour.

Comme vous avez pu le constater, j’avais pour ma part fait le choix de Neuves-Maisons Demain. Pourquoi ?

Ce choix est avant tout un choix de projet. J’ai considéré que celui du maire sortant, n’apportait rien de vraiment nouveau. En revanche, celui de son opposant, comportait un certain nombre de points qui figuraient dans le mien.

J’ai passé 6 ans à dire et à redire que l’entretien de notre ville (rue, trottoirs et autres) laissait à désirer, que je n’approuvais absolument pas la politique menée en matière d’urbanisme, que la sécurité (incivilités, routière, etc ..) n’était même pas prise en compte par le maire. J’allais quand même pas me contredire au moment de faire un choix. Je me suis engagé dans la politique locale et durant ce dernier mandat, je fus responsable d’un groupe d’opposition. C’est donc en responsable politique que je vous aie fait connaître mon choix.

Hélas, d’autres raisons bien plus sombres.

Durant ces 6 années, je n’ai eu aucune conversation sérieuse avec notre maire. Il n’a même jamais répondu à mes courriers. Avec Neuves-Maisons Demain, malgré nos différents accrochages verbaux mais toujours courtois, le dialogue n’a jamais cessé.

Un de mes colistiers a été retourné par Ensemble Neuves-Maisons dans le seul but d’anéantir la constitution de ma liste. Très bon petit soldat, mission accomplie. Sauf que cette personne était parfaitement informée du soutien que j’allais apporter. Aurait-il oublié d’en avertir l’équipe du maire ou bien est-ce un pur calcul dont le personnage est coutumier ?

Enfin, était-il nécessaire de me dénigrer durant leurs réunions de campagne alors que je n’étais plus dans la course ? Je n’invente rien, cette fuite provient de leur équipe et je l’ai vérifiée.

Dés l’annonce de mon soutien à la liste Neuves-Maisons Demain, les insultes, les menaces ont fusées, raciste, baltringue, con, étc … Le jour du vote, aucun bonjour, sauf de Madame Annie Vinchelin. Le soir du dépouillement, jusqu’à une heure du matin j’ai eu droit à des messages sur mon téléphone portable. La personne qui s’est livrée à cela avait sans aucun doute abusé de la dive bouteille afin de fêter la victoire.

Même le pire des nazis a eu droit à un avocat et à un procès, moi pas.

S’engager vous expose, vous mais aussi votre famille et la mienne est touchée. J’ai toujours su dépasser les différences qui existaient entre les membres des groupes politiques. J’ai même noué quelques liens de camaraderie voir d’amitié. Tout cela a volé en éclats.

Je ne vais pas vous dire que cela ne me touche pas. Ce serait vous mentir. Bien au contraire, l’animal est touché, il est durement touché. Je comprends la déception. Je comprends même la colère et c’est normal. Mais je ne comprendrai jamais les insultes. Il y a des choses que je pardonne mais me faire traiter de raciste, ça jamais. Qui plus est quand on connaît le personnage qui a prononcé ces insultes à mon encontre. Il a ainsi insulté mes aïeux qui, tous étrangers ont combattu à leur façon, le fascisme.

Mon grand regret est d’avoir perdu un ami, d’avoir perdu quelques camarades. Personne n’a été remplacé, personne ne le sera.

Je n’attends rien, je ne réclame rien. Vis-à-vis des uns et des autres, je ne suis animé d’aucune haine, d’aucune rancœur.

Voilà ces mots, mes mots sortis un peu pêle-mêle de moi-même afin d’expliquer, afin de m’expliquer mais aussi d’exorciser ce que je vis.

Je souhaite à ce nouveau conseil municipal dans son intégralité bonne route, bon travail dans l’unique intérêt de Neuves-Maisons et de ses habitants.

Philippe MAUJEAN

Partager cet article

Commenter cet article

interrogatif 08/04/2014 20:03

De mon point de vue, je n'ai toujours pas compris comment votre liste s'est implosé de la sorte. Dommage....
Je pense que votre soutien à Bernard était une véritable erreur politique, et surtout n'apportait rien ni à vous même ni au néodomien.
Il est aussi inacceptable que votre envie de servir la communauté vous apporte autant de problème.

Au plaisir ....

MAUJEAN Philippe 20/04/2014 10:36

Cher Interrogatif
Notre liste, vous noterez que je ne dis pas ma liste mais notre liste. Donc notre liste a implosée pour trois raisons principales, liées plus ou moins entre elles :
- j’ai très vite compris que la campagne reposerait uniquement sur mes épaules et rien que sur mes épaules. Suite au grave accident de santé dont j’ai été victime, il n’était pas forcément raisonnable de me mettre une telle charge de travail et de stress au risque d’une récidive. C’est ma santé et non pas celle des néodomiens.
- Comme je le laisse entendre au-dessus, je fus très mal entouré. J’ai hélas constaté que certain travaillait plutôt à détruire qu’à construire. Et quand j’écris « travaillait », j’utilise là un mot qui n’est pas approprié à la situation. Les nouvelles personnes, intéressantes soit dit en passant, attendaient beaucoup de ceux qui avaient l’expérience de l’exercice. Nous les avons beaucoup déçues.
- Très peu d’engagement de la part de nos concitoyens. La peur de la répression est bien là surtout dans le monde associatif. Je ne vous apprend rien, n’est ce pas !

Mon soutien à BERNARD est lié à son projet. Celui du maire n’apporte rien de nouveau. On est dans l’immobilisme le plus complet. Il ne sait rien faire d’autre. Là où il a l’occasion de faire autre chose que du bien vivre ensemble, c’est une catastrophe. C’est Moselle et Madon.
J’ai retrouvé dans le projet BERNARD plusieurs points qui auraient figurés dans le mien et que j’ai dénoncés au conseil municipal durant ces 6 années ; voiries, entretien général de la ville, sécurité et urbanisme. Ce sont des thèmes importants voir essentiels. Je n’ai jamais dit qu’il fallait arrêter le bien vivre ensemble, au contraire. J’ai toujours soutenu qu’il fallait un peu rééquilibrer les choses en faveur des valeurs que je défendais. En tant que responsable politique, j’ai souhaité faire connaître mon choix aux néodomiens comme beaucoup me l’a demandé. J’ai donc pris mes responsabilités. Ce n’est pas le cas de tous. J’ai rencontré beaucoup de lâcheté, de calcul personnel et j’en rencontre encore. Il y a les spécialistes du grand écart. En 6 ans, ils sont passés de la droite à la gauche en faisant une halte au centre.

Je suis entré en politique en 1995, un peu par hasard et beaucoup par curiosité et surtout sans préjugé. Car je me suis toujours intéressé à ce qui se faisait dans ma commune. C’était l’époque où je ne jurais que par la gauche, parfois même l’extrême gauche. Et puis, durant ce mandat de 95, j’ai côtoyé les élus socialistes qui étaient dans l’opposition et moi dans la majorité. Le spectacle qu’ils ont donné durant ce mandat m’a tellement attristé que j’ai cessé de soutenir ces gens là. C’était donc ça la gauche ! Non merci.
Je n’attends rien de la politique, ni pour moi, ni pour les miens. Je ne revendique aucun privilège, je le fais par plaisir même si parfois c’est dur, très dur. Sinon j’aurais suivi une autre voie. D’ailleurs, je m’interroge parfois sur les motivations des uns et des autres, surtout des responsables de notre secteur.

Ce que je n’avais pas deviné, c’est le torrent d’insultes qui s’est déversé sur moi. Finalement j’avais plutôt une bonne opinion de mes adversaires politiques. Sur beaucoup, je me suis trompé. Mais le pire était dans mon camp. Je citerai VOLTAIRE « Dieu gardez moi de mes amis, quant à mes ennemis je m’en charge ».
Je reconnais à chacun le droit de ne pas être d’accord avec moi et de me le faire savoir même vertement. Mais rien ne justifie l’insulte. Lorsque le temps du débat est terminé, le temps de la convivialité doit commencer.
Un des leurs, non élu, pseudo petit fonctionnaire à la mine triste, après m’avoir copieusement insulté m’a promis qu’on me ferait la peau.
Je n’ai pas honte de dire que tout ça m’a fait du mal, beaucoup de mal. Et quand j’écris ces lignes, je souffre encore. Pourquoi tant de haine ? De mon coté, il n’y en a jamais eu.
Aujourd’hui, je crois savoir : ils ont eu peur. Durant deux jours, ils ont eu très peur.

Beaucoup me demande, alors demain ? Je leur réponds que demain sera une autre époque, que durant ce mandat, le maire actuel sera remplacé par un autre et que la catastrophe que j’avais annoncée à plusieurs reprises va avoir lieu. Ils auront finalement réussi à duper les électeurs.
Quant à moi, je vais prendre quelques jours de vacances, partir loin de tout ça, prendre du bon temps avec mon épouse qui en a bien besoin. Car elle aussi a durement souffert.

Alors erreur, suicide ? Non, simplement une révérence et hop … au revoir.

Voilà cher Interrogatif. C’est toujours un plaisir non dissimulé que de converser avec vous. J’espère que nous aurons encore beaucoup d’occasions de le faire. Je crois que je vais maintenir ce blog en activité afin de permettre un débat sur les sujets d’actualité. Les européennes approchent.
Dans nos précédents échanges, nous y mettions un peu d’humour, ce qui n’est pas pour me déplaire, bien au contraire, mais aujourd’hui les faits sont graves.

A bientôt

marchitto karine 28/03/2014 21:53

j apprecie .c est franc et reflechi.quant aux insultes..c est bete et cretin..bravo d avoir vide votre moi interieur ..et si ce message est incomprit pour certains..qu ils se remettent en question. tout est explcite.

marchitto karine 28/03/2014 21:52

j apprecie .c est franc et reflechi.quant aux insultes..c est bete et cretin..bravo d avoir vide votre moi interieur ..et ce message est incomprit pour certains..qu ils se remettent en question. tout est explcite.

Naima Belarbi 26/03/2014 23:50

C'est bien triste mais cela reflète l'état d'esprit général : quand on ose s'opposer à la "majorité", on paye les pots cassés. Je vous félicite pour votre courage, votre intègrité. Votre seule erreur (si je peux me permettre) c'est de croire qu'on puisse être amis en politique. Peu importe ce qu'on pense de vous, ce qui est sût c'est que vous êtes fidèle à vos convictions. Merci.